Il arrive un moment où tout ce qui reste c’est Dieu

Cela arrive dans la plupart des vies des gens plus d’une fois. Il est de ces moments où vous vous sentez totalement et complètement isolé. Il est de ces moments où vous vous sentez, non pas que personne ne vous entende, mais qu’il n’y a personne pour vous entendre. Vous êtes vraiment tout seul. Il n’y a personne d’autre, même quand il y a quelqu’un d’autre dans la pièce. Il n’y a rien de plus, même quand il y a beaucoup plus tout autour. Il n’y a que vous, même quand le monde vous entoure. Peut-être surtout quand le monde vous entoure, il n’y a que vous.

Oui, il arrive un moment où tout ce qui reste, c’est Dieu. Rien d’autre ne compte. Rien d’autre n’a aucun sens. Rien d’autre ne vous appelle, vous magnétise, ne demande votre attention – ou même ne la mérite.

Ce moment vient, il me semble, soit quand vous n’avez rien ou soit quand vous avez tout. Ce moment arrive quand tout le reste vous a été pris et il ne reste rien, ou lorsque tout vous a été donné et il n’y a rien de plus dont vous pourriez rêver.

Lorsque ce moment arrive, c’est un grande délivrance. Il s’agit d’un soulagement, un lâcher prise. Et pourtant, pour beaucoup d’entre nous, il y a toujours une infime partie de notre être qui aspire à la seule chose que beaucoup d’entre nous n’aient jamais eu: l’acceptation complète et l’amour inconditionnel.

Que quelqu’un m’aime juste comme je suis.

Nous n’avons pas pu trouver cela chez quelqu’un autre. Nous avons pensé que nous aurions pu le trouver chez quelqu’un d’autre, nous avons espéré que nous aurions pu le trouver chez quelqu’un d’autre, mais nous n’avons pas pu. Nous n’avons même pas pu le trouver en nous-mêmes. Et parce que nous n’avons pas pu le trouver en nous-mêmes, nous n’avons pas pu le donner à un autre et c’est pourquoi nous n’avons pas pu l’y trouver. Parce que nous ne pouvons trouver nulle part ce que nous n’avons pas pu placer quelque part, et nous n’avons pas placé l’acceptation complète et l’amour inconditionnel nul part. Nous ne pouvons même pas être d’accord avec la météo, pour l’amour de Dieu. Nous pouvons trouver quelque chose à nous plaindre au sujet de tout.

Et donc, nous cherchons ce qui n’est pas là, parce que tout ce que nous cherchons à trouver dans la vie doit avoir été placé là par nous. Si nous ne l’avons pas placé, nous ne pouvons pas le trouver. Ce que nous ne plaçons pas dans la vie, nous ne le trouvons pas, parce que nous sommes la Seule Source qui existe.

Si nous ne pouvons pas trouver le pardon dans nos vies, c’est parce que nous ne l’avons pas placé là. Si nous ne pouvons pas trouver de la compassion dans nos vies, c’est parce que nous ne l’avons pas placé là. Si nous ne trouvons pas la tolérance dans notre vie, c’est parce que nous ne l’avons pas placé là. Si nous ne pouvons pas trouver grâce dans nos vies, c’est parce que nous ne l’avons pas placé là. Si nous ne pouvons pas trouver la paix dans nos vies, c’est parce que nous ne l’avons pas placé là. Si nous ne trouvons pas l’acceptation dans notre vie, c’est parce que nous ne l’avons pas placé là. Et si nous ne pouvons pas trouver l’amour dans nos vies, c’est parce que nous ne l’avons pas placé là.

Toutes ces choses que nous devons placer dans la vie. Tout d’abord, dans notre propre vie, puis dans la vie d’autrui. Ou, pour certains, c’est l’inverse. Je tiens à dire pour la plupart d’entre nous, c’est l’inverse. Pour la plupart d’entre nous, il est presque impossible de nous donner ce que nous voulons le plus recevoir: le pardon, la compassion, la tolérance, la miséricorde, la paix, l’acceptation et l’amour.

Pour la plupart d’entre nous, nous ne pouvons nous donner ces choses parce que nous en savons trop sur nous-mêmes. Nous pensons que nous sommes indignes de ces choses. Nous nous imaginons être autre chose que ce que nous sommes réellement. Nous ne pouvons pas voir la divinité que la Divinité elle-même a placé en nous. Nous ne pouvons pas voir l’Innocence. Nous ne pouvons pas voir la Perfection dans notre imperfection.

Parce que nous ne pouvons pas voir ces choses en nous, nous ne pouvons pas nous donner ce que nous voulons le plus recevoir. Pourtant, parce que nous ne sommes pas totalement aveugles à ce qui est bon et digne dans le monde, nous sommes souvent en mesure de voir ces choses dans d’autres. On peut souvent voir la Divinité dans d’autres. On peut souvent voir l’Innocence dans d’autres. On peut souvent voir même la Perfection dans l’imperfection des autres. Et alors nous pouvons donner aux autres le pardon, la compassion, la tolérance, la miséricorde, la paix, l’acceptation et l’amour. Nous pouvons, mais la question est pouvons-nous?

Trop souvent, nous ne pouvons pas. Parce qu’à cause de nos propres blessures, nous ne pouvons pas guérir les blessures des autres. Et alors nous renions de notre monde des choses que notre monde a le plus besoin. Nous renions de notre monde le pardon, la compassion, la tolérance, la miséricorde, la paix, l’acceptation et l’amour. Et quand nous les renions de notre monde, nous les renions de nous-mêmes – parce que ce que nous n’avons pas placé dans le monde, nous ne pouvons pas le recevoir du monde. Encore une fois, laissez la Nouvelle Golden Règle d’Or se répéter:

Ce que nous n’avons pas placé dans le monde, nous ne pouvons le recevoir du monde.

Il arrive un moment où nous nous rendons compte que nous sommes la Seule Source qui existe. Personne ne va nous donner ou donner au monde ce que nous sommes incapables d’obtenir du monde, et ainsi de nous. Pas pour très longtemps.

Le premier endroit où nous le découvrons est dans la relation avec l’autre. Ce que nous sommes incapables ou peu disposés à donner à l’autre, nous ne le recevrons pas de l’autre. Pas pour très longtemps. Si nous ne pouvons pas donner à la personne le pardon, la compassion, la tolérance, la miséricorde, la paix, l’acceptation et l’amour… nous ne pouvons pas demander à la personne de nous donner ces choses. Car elles ne peuvent que donner ce que nous leur avons donné.

Nous nous imaginons que dans une relation l’autre personne a ce que nous n’avons pas, et par conséquent, qu’elle peut nous l’offrir. C’est la grande illusion. C’est une grande erreur. C’est le grand malentendu. Et c’est la raison pour laquelle tant de relations échouent. On imagine que l’autre va nous offrir le pardon, la compassion, la tolérance, la miséricorde, la paix, l’acceptation et l’amour. On imagine que l’autre va nous offrir ce que nous ne pouvons pas lui offrir, et ce que nous ne pouvons même pas nous offrir à nous-mêmes. Et alors nous sommes en colère contre les autres. Et puis nous devenons en colère  contre nous-mêmes. Et puis…

… nous nous rendons compte qu’il n’y a plus rien, mais Dieu. Nous nous tournons alors vers Dieu. S’il te plait Dieu, donne-moi le pardon, la compassion, la tolérance, la miséricorde, la paix, l’acceptation et l’amour. S’il te plait donne-le moi, afin que je puisse le donner aux autres.

Le monde se rapproche rapidement de ce retournement. Nous arrivons à comprendre que Dieu est la seule Source Originale. Maintenant, tout ce que nous devons faire est donc de comprendre qu’il n’y a pas de séparation entre Dieu et nous. Lorsque nous saisirons enfin cette compréhension fondamentale, quand nous embrasserons enfin, cette vérité fondamentale, nous nous changerons, changerons nos relations, et changerons le monde.

Avant cela, nous ne le ferons pas. Et nous attendrons ce moment où nous nous rendrons compte que… il ne reste rien, mais Dieu. Espérons que nous atteindrons ce moment-là avant que nous le créions… d’une des manières les plus brutales possible: en détruisant tout le reste jusqu’à ce qu’il ne reste plus rien. En détruisant notre relation jusqu’à ce qu’il ne reste plus rien. En détruisant notre monde jusqu’à ce qu’il ne reste plus rien. En nous détruisant jusqu’à ce qu’il ne reste plus rien.

Conversations avec Dieu contient une déclaration surprenante. C’est quelque chose que je n’ai jamais oubliée. Dieu dit: « Il n’est pas nécessaire de passer par l’enfer pour aller au ciel ». Je nous invite tous à nous en rappeler. Je nous invite tous à accueillir une nouvelle notion de nous-mêmes et de la vie: non pas qu’il n’y ait rien d’autre à part Dieu, mais qu’il n’y a rien que Dieu.

Quand nous verrons Dieu dans chaque personne et dans toute autre chose, alors nous aurons abandonné nos illusions, nous nous serons écartés de nos imaginations enfantines, et nous traiterons tout et tout le monde comme si elle, ou il, était Divin. Et si vous ne pensez pas que cela changera votre vie et votre monde, pensez-y à nouveau.

Neale

Les humains peuvent-ils dépasser la génétique?

Conversations avec Dieu nous dit que nous sommes des êtres tripartites, constitués du Corps, de l’Esprit et de l’Âme. Il y a deux semaines, dans cet espace, nous avons commencé à explorer ensemble le chemin de l’âme.  Cela me motive de m’embarquer dans cette exploration avec vous parce que je reçois de nombreuses questions sur l’Ame, et comment parvenir jusqu’à elle. Si vous avez manqué les épisodes précédents de cette série, j’espère que vous retournerez les lire.

Nous avons conclu la semaine dernière en disant que la question qui se pose maintenant à l’humanité est: avons-nous le désir de franchir la prochaine étape de notre processus d’évolution? Avons-nous le désir de considérer au moins comme possibles certaines notions, idées et messages d’une Nouvelle Théologie qu’on ne peut vérifier par une expérience mutuelle ou comparable? Êtes-vous, sur le plan individuel, désireux de déplacer votre « terrain de vie » (c’est-à-dire toute votre façon d’être en ce monde, toute votre façon de traverser la vie) d’une plateforme reposant sur l’Esprit à un point d’élévation reposant sur l’Ame? Êtes-vous prêts à partir d’un point différent de votre façon de voir les choses, de voir la Vie?

Eh bien, continuez cette semaine en observant que si vous le faites, vous aurez tout changé. Vous aurez changé votre Etre, ce qui vous ouvrira un nouvel espace de Conscience, ce qui à son tour élèvera votre niveau de Perception, ce qui à son tour modifiera du tout au tout votre Perspective, ce qui à son tour déplacera votre Perception, ce qui à son tour réalignera vos Croyances de façon bouleversante, ce qui à son tour produira des Comportements tout neufs, ce qui enfin aboutira à une Expérience totalement différente.

C’est ce déplacement de notre expérience, sur le plan individuel et collectif, qui constitue la prochaine étape de l’évolution de notre espèce. Pourtant, ce déplacement, c’est quelque chose qu’il nous faut créer, ce n’est pas quelque chose qui se produit automatiquement quand nous parvenons à une certaine époque ou arrivons à un stade de développement particulier. Ce déplacement est quelque chose que nous devons choisir en conscience lorsque nous atteignons cette époque et ce stade.

Nous sommes au moment de ce que la futurologue Barbara Marx Hubbard appelle l’Evolution Consciente. C’est à dire que nous avons conscience de ce dont nous avons conscience et nous choisissons en toute conscience CE dont nous  choisissons d’ETRE conscients à l’avenir.

C’est comme une personne qui choisit délibérément de mesurer 1,80 mètre et qui fait en sorte que cela arrive plutôt que de regarder son corps grandir en attendant de voir quand il s’arrêtera et ce qui se passera à ce moment-là.

Peut-on choisir délibérément de mesurer 1,80 m? Peut-on dépasser son programme génétique? Sommes-nous de simples créatures biologiques enchainées à notre ADN? Ou pouvons-nous transformer notre ADN en Acuité Divine Naturelle de l’Ame  pour devenir, sur le plan métaphysique, sinon physique, des êtres entièrement neufs?

Est-il possible que (contrairement aux énergies physiques de notre être, virtuellement immuables, et qui  exigent des années, des décennies, des siècles ou même des millénaires pour que notre espèce se modifie au cours du processus d’évolution) les énergies métaphysiques soient assez délicates pour qu’on puisse leur imprimer une marque en un temps beaucoup, beaucoup moins long? Est-ce que c’est comme le vent qui déplace légèrement les rideaux de dentelle, mais ne fait pas bouger la roche (ou n’en a pas besoin)?

Je crois que oui. Et je crois que nous sommes en ce moment-même, en tant qu’espèce, au bord du précipice d’Une Ere Nouvelle. Les vents du changement soufflent, et nous sommes sur le point de voir ce qui se trouve derrière les rideaux. Contrairement au Magicien d’Oz, cependant, nous n’allons pas y découvrir un imposteur ou un charlatan. Au lieu de cela, nous allons trouver au-delà du voile un premier aperçu de Qui Nous Sommes Vraiment.

Et alors, enfin, nous serons libres.

Neale